dans

« J’ai Été Violée Et Suis Devenue Dépressive », Cette Etudiante Partage Son Histoire

Lisez l’histoire de Stephanie, elle a été victime d’un viol et a su remonter la pente.

Stephanie, qui est diplômée de North Carolina State University, a partagé son histoire de survie, de lutte contre la dépression et les pensées suicidaires, de renouvellement et de découverte de soi après avoir été violée dans sa deuxième année.

Stephanie s’adressera également à sa classe à titre de conférencière à la cérémonie de remise des diplômes. Voici son histoire :

« Je suis une survivante – un exemple vivant de ce que les gens peuvent traverser et survivre ». – Elizabeth Taylor.

Dans le cas où vous n’avez pas suivi mon affichage excessif de photos de fin d’études sur Instagram, je serai diplômée dans moins d’un mois. La pensée est surréaliste parce que si nous sommes honnêtes, je n’aurais jamais pensé voir le jour de la remise des diplômes.

Au cours du semestre d’automne de ma deuxième année, je suis allée à une fête avec mes meilleurs amis. La nuit, il y avait plein de boissons, de rires et on passait un bon moment, tout s’est passé lentement et aujourd’hui, nul doute qu’il y ait eu des événements qui ont changé le cours de ma vie.

Quand je suis rentrée de la fête, j’ai invité un ami à passer la nuit. Cet ami et moi étions sortis plusieurs fois, mes parents lui faisaient confiance et ce n’était pas la première fois qu’il passait la nuit. J’étais épuisée et enivrée mais quand il m’a coulé un bain, je savais très bien que je n’avais aucune intention de coucher avec lui. Il a convenu que je n’étais pas en état de consentir et nous sommes allés nous coucher. Plus tard dans la nuit, je me suis réveillée avec lui sur moi, me violant sans protection. J’ai pleuré, je lui ai demandé d’arrêter et il m’a dit de me taire et de le laisser finir. J’ai pleuré mais je suis restée là, paralysée.

Les prochains jours étaient flous. J’étais tellement fauchée que j’ai dû attendre 3 jours pour être payée et acheter la pilule du lendemain. Je me souviens avoir été effrayée. Je me souviens d’être un zombie fonctionnel pendant des semaines. Je me souviens d’avoir eu encore plus peur lorsque j’ai pris deux tests de grossesse quelques semaines plus tard et que le premier test s’est avéré positif. Le deuxième était négatif. Je ne savais pas que ne pas être enceinte serait le moindre de mes soucis.

Pendant des semaines, je me suis retirée de mes amis et des membres de ma famille. J’ai manqué des cours et manqué le travail. Je dormais une bonne partie de mes journées parce que je restais debout toutes les nuits pour échapper à mes cauchemars. J’étais fonctionnel mais quelque chose en moi avait changé. Cela a duré des mois. Quand je commençais à me sentir mieux, je trébuchais après. J’ai à peine réussi mes cours et j’ai sérieusement envisagé d’abandonner. Pendant les vacances de Noël, je pensais ne pas retourner à l’État NC mais à contrecœur je l’ai fait.

Au deuxième semestre, je me débattais. J’ai rajeuni mais mon énergie a été zappée comme je voyais mon violeur partout. Il m’a souvent manipulé pour lui parler dans les espaces publics. La communauté noire de NC State est petite et j’ai passé beaucoup de temps à lutter pour l’éviter. Au mi-deuxième semestre, il a annoncé qu’il se présentait pour un poste très public sur le campus. J’ai regardé comme la plupart de la communauté noire, les gens que j’ai appelés des amis, faire campagne pour mon violeur. J’étais dans la douleur constante et l’épuisement. J’ai pleuré, je me suis retirée de la scène sociale, et avant la fin du second semestre, je suis venue avec un plan pour mettre fin à ma vie. La nuit où j’avais prévu de me suicider, mon meilleur ami m’a sauvé la vie. Mon autre ami m’a conduite au centre de conseil le jour suivant et a ainsi commencé mon voyage vers la guérison.

Je lutte toujours avec la dépression et je lutte encore avec le syndrome de stress post-traumatique. Je lutte toujours contre les cauchemars. Je vais toujours au counseling mais je vais tellement mieux. Je ris plus et j’aime plus. J’ai consacré mon existence à aimer, rire et aider les autres.

Je n’aurais jamais imaginé que je serais là aujourd’hui. Si les choses se passaient comme je le pensais, je serais morte maintenant. Je n’avais jamais imaginé que je serais diplômée de l’une des meilleures institutions du pays ou que je m’adresserais à ma promotion en tant que conférencière débutante.

Le traumatisme vous change. Cela change votre vie et la façon dont vous percevez les comportements des autres. Cela change la façon dont vous interagissez avec le monde, mais je sais de première main qu’il n’a pas à vous définir. Il n’a pas à vous consommer. Je suis bénie et privilégiée et je l’accepte entièrement. Beaucoup sont victimes de traumatisme et n’ont pas les ressources nécessaires pour les aider. Beaucoup n’ont pas le système de soutien que j’ai eu au cours des dernières années. Nous devons à ces personnes de les soutenir et de comprendre que le traumatisme affecte tout le monde différemment.

Je ne suis pas censée être ici. Je ne suis pas supposée être diplômée et c’est exactement pourquoi, en 25 jours, j’écris mon histoire à travers ceci. Je vous fais savoir que je posterai des photos de graduation pendant une minute et que vous pourriez être ennuyé, mais pour moi, chaque photo est un rappel de la faveur de Dieu dans ma vie. La faveur n’est pas juste et je ne mérite certainement pas l’amour et la miséricorde infinis de Dieu, mais je vous dis qu’il le prolongera. J’espère que mon histoire vous encouragera à garder sa main immuable et à vous reposer sur le fait que sa volonté pour votre vie est plus grande que tout ce que vous auriez pu imaginer. Continuez à tenir, ça ira, j’en suis la preuve vivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Lola Okoye Transmet Un Message Très Émouvant À Peter Et Paul Les Frères Du Groupe P-Square

Le Papa De L’enfant D’Yvonne Nelson Se Rend Au Ghana Pour Être Avec Elle